La climatisation va t’elle détruire la planète ?

Les chiffres sont alarmants. Si l’on ne fait rien, la climatisation, cette bonne vielle « clim » que l’on aime tant par temps de canicule pourrait bien porter le coup de grâce à la planète terre.

Les chiffres qui font mal

Imaginez. Le nombre de climatiseurs devrait grimper de 1,2 milliard d’unités aujourd’hui à plus de 4,5 milliards en 2050. La clim pourrait à elle seule provoquer une hausse de température de 0,5°C d’ici à 2100.

Raison de ce cataclysme annoncé : les pays en développement vont massivement s’équiper en climatisations d’ici à 2050. Les facteurs aggravants : l’urbanisation, le réchauffement climatique, la hausse du niveau de vie et l’augmentation de la population. 90% des américains sont équipés d’une climatisation contre 7% des indiens et 9% des indonésiens. Demain, si 90% des Indiens sont équipés, nous ne tiendrons pas le coup.

Quelles solutions pour éviter le mur ?

Richard Branson, le patron de Virgin, propose un prix de 3 millions de $ pour inciter les chercheurs à trouver la climatisation de demain. Une clim moins énergivore surtout.

Parmi les start up sur les rangs : SkyCool Systems fabrique des panneaux capables d’améliorer l’efficacité énergétique des clims actuelles via l’exploitation d’un processus de « refroidissement par radiation » qui refroidit déjà notre planète par le biais de d’émanations de lumière infrarouge vers le ciel et l’espace.

skycool system
Les panneaux de SkyCool System

Autre possibilité à envisager : Air3D commercialise un cache clim capable de prolonger la durée de vie d’une unité extérieure en améliorant son rendement, en réduisant son niveau sonore et en apportant une touche esthétique bénéfique.

cache clim Air3D
Le cache clim Air3D en démonstration

Autre solution innovante : AirTower, un climatiseur passif conçu par une startup slovène qui permet de gagner jusqu’à 80 % en efficacité énergétique. Le système est basé sur une technologie passive qui accumule la chaleur dans la journée pour la restituer la nuit sous forme de froid grâce aux matériaux à changement de phase thermique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *